vendredi 12 mai 2017



Linky
Heurs et Malheurs



09/03/2017

Dans un jugement rendu aujourd'hui, le tribunal administratif de Rennes relève que les communes de Cast (29), Plouguerneau (29) et Lanvallay (22), opposées au déploiement des compteurs Linky sur leur territoire, ne sont pas propriétaires des dispositifs de comptage d'énergie sur leur commune. 
Les trois communes ne peuvent s'opposer au déploiement
Pour les magistrats, c'est le syndicat départemental d'énergie et d'équipement du Finistère pour Cast et Plouguerneau, et le syndicat départemental d'énergie des Côtes-d'Armor pour Lanvallay, qui jouissent de ce titre de propriété. Aussi, ces trois communes ne peuvent arguer de cette qualité pour s'opposer à ce déploiement, considère le tribunal administratif.
Pour les juges rennais, le code général des collectivités territoriales n'autorise pas non plus les maires et conseils municipaux des trois communes à "s’opposer au déploiement des compteurs Linky, quel qu’en soit le motif ". 
La société Enedis "est donc fondée à demander l’annulation de l’ensemble des actes" pris par les élus de Plouguerneau, de Cast et de Lanvallay. Le tribunal administratif a en outre condamné les trois communes à rembourser la société Enedis de ses frais de justice.
À découvrir sur le sujet
Le maire de Cast réagit
Dès qu'il a pris connaissance du jugement, Jacques Gouérou, maire de Cast et conseiller départemental du Finistère, a vivement réagi : "Ce jugement annule deux délibérations qui n'en sont pas; ce sont des demandes de moratoire, après débat. On m'attaquait aussi sur un courrier d'information du mois de juillet dans lequel je demandais à Enedis de réparer au plus vite une trentaine de nouveaux compteurs mal montés, et d'arrêter de les poser avec amateurisme. La commune est condamnée à verser 500 € de dommages. Enedis en demandait 4.000 €". 
"On est tout juste bons à fermer nos g..."
Et d'ajouter : " Mais ce n'est pas tant sur le fond - je verrai les suites à donner avec mon avocate - que sur la forme que je suis écoeuré. On ne peut pas accepter que des élus soient traînés devant les tribunaux pour avoir écouté leurs concitoyens. On est déjà sur tous les fronts et ça, ça veut dire qu'on est tout juste bons à fermer nos g... Moi, je ne sais pas si le Linky c'est bien ou pas. Ce que je sais, c'est que je me dois d'écouter les habitants de ma commune. Ces gens-là, leur discours se résume à dire qu'ils ont des compteurs à poser et qu'on est là pour faire appliquer la loi, sans rien dire, sans débat. En octobre, au Carrefour des maires, le directeur départemental d'Enedis m'avait pourtant dit que la plainte allait être retirée, qu'il me recontacterait; j'attends toujours le coup de fil. Désormais, j'attends un soutien fort de la part de l'Association des maires de France, qui se réunit vendredi, à Quimper, en assemblée générale".

Retrouvez plus d'articles

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/cast/compteurs-linky-trois-communes-bretonnes-condamnees-09-03-2017-11428296.php#bkAp8rqayQ4S1IfF.99
Plouha. Blessée à 73 ans en s'opposant à Linky
Publié le 07 avril 2017 à 10h02

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/04/07/a-plouha-comme-dans-d-autres-communes-l-installation-des_3367448_328x330p.jpg?v=1
À Plouha, comme dans d'autres communes, l'installation des compteurs Linky est loin de faire l'unanimité parmi la population et les rapports avec la société qui installe ces appareils sont parfois tendus.
Cette septuagénaire de Plouha (22) a été blessée en voulant s'opposer au changement de son compteur électrique. Elle aurait été poussée par l'installateur des nouveaux compteurs Linky. Dans sa chute, ses lunettes se sont cassées et elle s'est écorché le visage.
Jeudi 30 mars, à 8 h 30, ce couple de retraités de Plouha venait juste de se mettre à table pour le petit-déjeuner quand un visiteur a frappé à la porte : « C'était un agent d'Atlan'Tech. À quatre reprises, on avait déjà exprimé notre refus d'avoir un compteur Linky. Je lui ai dit que l'on n'en voulait pas ». L'agent d'Atlan'Tech aurait quand même décidé de procéder à l'installation. « Il m'a dit qu'on n'avait pas le droit de l'en empêcher. Il a sorti un tournevis et a commencé à démonter notre compteur. Mon mari et moi, on s'est interposé. Il m'a violemment poussée. Je suis tombée deux mètres plus loin ».
Cinq jours d'ITT

Dans la chute, les lunettes de la septuagénaire se cassent. « Mon visage a aussi été écorché. L'installateur a appelé son chef et il est parti finalement », témoigne la retraitée, qui est âgée de 73 ans. Après un passage chez son médecin, qui lui a délivré un certificat avec une ITT de cinq jours, elle a déposé plainte à la gendarmerie. Depuis cet accrochage, elle porte une minerve. Atlan'Tech serait revenu à la charge depuis cet incident.
À deux reprises, le téléphone du couple a sonné. « On a reçu aussi, mardi après-midi, le responsable des poseurs de compteurs. Il s'est montré verbalement agressif. Il a dit qu'il allait m'envoyer quelqu'un tous les jours. On ne veut pas du compteur Linky en raison des ondes. C'est aussi une atteinte à notre liberté ».
« C'est scandaleux »

Le cas de ce couple ne serait pas isolé à Plouha. Joël Heuzé, conseiller municipal de cette commune et vice-président de Leff Armor communauté, a déjà reçu une vingtaine de réclamations des habitants de la commune.
« Je trouve que leur démarche commerciale est agressive. C'est scandaleux ce qui s'est passé », témoigne-t-il. Mardi soir, en marge du conseil municipal de Plouha, il a tenu, au nom de l'équipe municipale, à manifester sa plus vive protestation à l'encontre d'Enedis et de la société Atlan'Tech, qui pose les compteurs Linky. « On a de très mauvais rapports avec Atlan'Tech. Ils exercent beaucoup de pression. Des habitants auraient été menacés. Moi, je me suis fait insulter par leurs agents car on avait demandé un moratoire de six mois », témoigne Philippe Delsol, le maire de Plouha. Ses rapports avec Enedis sont plutôt courtois même si Bernard Laurent, directeur Bretagne d'Enedis, lui a posé un lapin en début d'année : « Il n'a pas voulu venir répondre aux questions à une réunion d'information que l'on a organisée ».
Pour Philippe Delsol, le problème viendrait « d'un ou deux installateurs d'Atlan'Tech. C'est inacceptable d'avoir bousculé cette femme », conclut-il.
Contactées hier, Enedis et Atlan'Tech n'ont pas donné suite à nos appels.

Retrouvez plus d'articles

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotesarmor/plouha-blessee-a-73-ans-en-s-opposant-a-linky-07-04-2017-11465498.php#MQhh24B2ukEQPwtG.99

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire