lundi 16 janvier 2017

Avis technique laboratoire  

"Mesures-CQFD"


Concernant le LINKY et la propagation des ondes CPL.
Avec le souci d'en avoir le cœur net, j'ai interrogé : 

Voici mon message:
"Bonjour,
Nous sommes un collectif constitué à BERGERAC (24100) pour nous opposer au déploiement du LINKY.
La question du fonctionnement du CPL qui est au cœur de ce dispositif, demanderait à être clarifiée, pour pouvoir en parler sans ambiguïté ou fausses allégations.
D'où nos questions:
1°) Est-ce bien le "concentrateur" qui injecte le CPL vers l'habitation, que cette dernière soit pourvue d'un compteur communicant ou non?
2°) Les rayonnements des radios fréquence sont-elles vraiment actives en permanence dans la totalité de la maison et non seulement pendant les moments de relève instantanée effectuée par EDF? 
3°) Est-il juste de penser que, dès lors que les LINKY sont déployés, chaque secteur étant pourvu d'un concentrateur, même les habitations ayant refusé le compteur communicant se trouvent envahies par des rayonnements de radio fréquence?
Merci de vos réponses
CCCBergeracois"

Réponse: 
Bonjour Monsieur,
Vous avez tout bien parfaitement compris du fonctionnement du compteur Linky.
Tout seul, le compteur Linky est inoffensif.
Dès qu'on lui ajoute le module ERL (Emetteur Radio Linky), il devient rayonnant 24h/24 365j/365 comme une box WIFI en utilisant les 2 bandes de fréquences suivantes :
- KNX 868 MHz
- ZigBee 2.4 GHz
Mais pour véritablement répondre à sa mission de relève de la consommation électrique, il lui faut être associé au CPL (Courant Porteur en Ligne).

1°) Est-ce bien le "concentrateur" qui injecte le CPL vers l'habitation, que cette dernière soit pourvue d'un compteur communicant ou non?
OUI : le CPL est injecté en superposition au 50 Hertz par ENEDIS à partir des concentrateurs.

2°) Les rayonnements des radios fréquence sont-elles vraiment actives en permanence dans la totalité de la maison et non seulement pendant les moments de relève instantanée effectuée par EDF?
OUI : le rayonnement des radiofréquences du CPL injecté en superposition au 50 Hertz à partir du concentrateur est permanent - 24h/24 365j/365.
Protocoles CPL G1/G3 - bande CENELEC-A : de 10 kHz à 95 kHz

3°) Est-il juste de penser que, dès lors que les LINKY sont déployés, chaque secteur étant pourvu d'un concentrateur, même les habitations ayant refusé le compteur communicant se trouvent envahies par des rayonnements de radio fréquence?
OUI : parfaitement.
Tout le réseau de distribution électrique dont les câbles ne sont pas blindés ainsi que l'ensemble des appareils électroménagers branchés sur le réseau électrique se comportent comme des antennes émettrices des radiofréquences du CPL.

Veuillez trouver ci-joint notre fiche technique sur le CPL accompagnée des conclusions des travaux du CRESAT.

Vous en souhaitant bonne réception,
Bien sincèrement.
Blandine Paranque

Mesures_CQFD
Correspondance : 2 rue Juste Métivier 75018 Paris
Tél. : 01 46 06 88 66

https://mail.google.com/mail/u/0/?ui=2&ik=59ba3b77b8&view=att&th=1592af55d3fd0ac2&attid=0.1.1&disp=safe&zw

https://mail.google.com/mail/u/0/?ui=2&ik=59ba3b77b8&view=att&th=1592af55d3fd0ac2&attid=0.1.3&disp=safe&zw


Ainsi donc, refuser le LINKY, dès lors que vous êtes isolé dans cette démarche, ne résout en rien la pollution sanitaire que cette technologie produit!
Dans l'hypothèse où la mairie refuserait de s'engager contre le déploiement du LINKY, même si tout un quartier se regroupait unanimement pour  refuser le compteur, ce dernier n'échapperait pas aux rayonnements des radiofréquences générés par le ou les concentrateurs qu' ENEDIS ne manquerait pas d'installer.


Nouvelle interrogation (17/01/2017)



Bonjour,

J'ai fait état de votre réponse à nos questionnements, au CRIIREM, avec lequel j'étais en correspondance préalablement à notre entretient.

Vous précisiez dans notre dernier échange:
"le rayonnement des radiofréquences du CPL injecté en superposition au 50 Hertz à partir du concentrateur est permanent - 24h/24 365j/365.
Protocoles CPL G1/G3 - bande CENELEC-A : de 10 kHz à 95 kHz
Tout le réseau de distribution électrique dont les câbles ne sont pas blindés ainsi que l'ensemble des appareils électroménagers branchés sur le réseau électrique se comportent comme des antennes émettrices des radiofréquences du CPL".

Réponse du CRIIREM:
"Un câble n'est pas fait pour être une antenne émettrice, il est fait pour conduire l'électricité + le CPL qui y sera rajoutée. Le but du CPL est de circuler sur les câbles, pas d'être émis dans une pièce comme le serait un Wifi. Un appareil électroménager n'a pas non plus la capacité d'émettre ce CPL, il sera certainement présent, mais dans quelle proportion nous ne le savons pas.
L'ERL qui sera proposé est en effet un fonctionnement différent ou là il s'agira bien d'une antenne. Pour le moment AUCUN travaux n'a réalisé des mesures sur ce module.
Il est tout à fait normal de vouloir trouver des réponses, mais il est de notre devoir de vous apporter des informations objectives basées sur des faits et non sur des suppositions. Sans réalisation d'une étude, il n'est pas possible de faire des affirmations, mais en attendant la mise en place de ce travail il est normal de voir de l'opposition à la pose de ces compteurs. L'idéal aurait bien sûr été que la manœuvre se fasse à l'inverse, l'étude et ensuite la pose."
Cordialement,
Myriam GALBRUN
Responsable Administratif et Technique

Je ne doute pas que Vos conclusions " (...)se comportent comme des antennes émettrices des radiofréquences du CPL". soient réellement attestées par des mesures in situ.
Mais alors, comment _un organisme tel que le CRIIREM, à priori sérieux, peut-il se permettre de les mettre en doute? Si je comprends bien, Il semblerait soutenir que cela ne serait, techniquement parlant, pas possible?

Qu'y a-t-il à comprendre qui m’échapperait et que dire aux personnes que nous cherchons évidemment à convaincre du bien-fondé de notre démarche d'opposants au déploiement de ce compteur (démarche que par ailleurs, le CRIIREM reconnaît comme légitime, du fait de l'absence "d'une étude multipartite indépendante"(1 ).
Merci de nous éclairer, car ce "rayonnement" est précisément un des points que nous mettons en avant, car au cœur de nos préoccupations de par l'impact sanitaire nocif régnant au sein même des demeures et ce, de manière constante et hors de contrôle.
C'est proprement scandaleux, lorsqu'on sait par ailleurs que les effets athermiques liés à des champs proches et permanents, sont particulièrement à redouter de par leurs effets à long terme. En somme, nous et nos enfants serions des cobayes face à un scandale sanitaire se profilant d'ici quelque temps?
On est un peu perdu. Nous avons besoin d'éléments attestés par des mesures techniques incontestables, que nul ne peut se permettre de mettre en doute. Cela doit-être possible, non?
Merci de votre écoute et de vos avis,
Cordialement
CCCBergeracois
Guillaume MEYER
(1) "Pour le moment aucun travail sérieux ne permet d'affirmer que le fait que le CPL circule sur les câbles provoque une exposition permanente à des rayonnements radiofréquences.
Même si le CPL va circuler dans les câbles il est impossible d'affirmer qu'il va rayonner et jusqu'à quelle distance.
C'est pour répondre à toutes ces questions que nous souhaitons la mise en place d'une étude multipartite indépendante rapidement pour faire le tri dans toutes les informations qui circulent.
Cordialement,
Myriam GALBRUN
Responsable Administratif et Technique"


Réponse  "MESURES CQFD" (17/01/2017)


Bonjour,



Il est important d'apprendre ses "classiques" !!!....



Ci-joint l'article synthèse d'un rapport du CRESAT (novembre 2007)(*) - laboratoire de l'armée qui prouve que le CPL injecté pollue tout l'environnement et crée des interférences dangereuses avec les appareillages militaires.
Le CPL est banni des réseaux militaires pour cette raison.

Dans une proportion certes bien plus modeste, l'association Mesures_CQFD en a vérifié l'expérience. Ci-joint la fiche technique.(**)

Cependant, nous rejoignons totalement le CRIIREM lorsqu'il affirme que rien jusqu'à présent n'a été fait dans les règles de l'art, ni par le CRIIREM, ni par l'ANFR, ni par EDF et ses partenaires.

Concernant le système Linky, l'association Mesures_CQFD n'a pas encore fait de mesures.
Parce que ce n'est pas un compteur qu'il importe de mesurer, mais un ensemble d'éléments composant le système global en fonctionnement.
C'est-à-dire, au moins les éléments connus à ce jour :
- les modules de communication CPL sous une interrogation permanente (toutes les 10 minutes),
- les radiations secondaires induites par les trames du CPL circulant dans les câbles non blindés du réseau de distribution électrique (tant à l'extérieur, qu'à l'intérieur des habitats),
- les radiations des modules de télécommunications sans fil des concentrateurs des données, qui pourraient être logés dans les postes de distribution locaux, avec un impact plus important pour les habitants à proximité,
- ainsi que les radiations des modules ERL (Emetteur Radio Linky), qui semble à priori facultatif (jusqu'à ce jour).

Notre avis est que chacune de ces étapes à mesurer répondrait à des niveaux d'émissions non négligeables. Et ces émissions seront omniprésentes et très difficiles à atténuer, même à l'intérieur des habitats.
Bien sincèrement.
Blandine Paranque

Mesures_CQFD
Correspondance : 2 rue Juste Métivier 75018 Paris
Tél. : 01 46 06 88 66
http://www.mesures-cqfd.com/

(*) je peux transmettre ce rapport par émail sur simple demande) 
(**)  - d° - ci-dessus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire